Pages

mercredi 8 septembre 2010

Ma généalogie

 Mon goût pour la généalogie est né, comme souvent, de la découverte que j'étais devenu l'ainé de ma branche, déjà, en quelque sorte, un ancêtre. En 2006, 2 ou 3 actes anciens recueillis lors du décès de celle qui me masquait jusque là le bord de la falaise, m’ont fait découvrir les joies addictives de la généalogie.

Ma généalogie se déploie sur 2 aires géographiques  : La Haute-Savoie et le Pays de Gex, d'une part, du côté de ma mère ;  les Combrailles, à cheval sur la Creuse et le Puy de Dôme, du côté paternel. Lyon sera le point de rencontre de ces 2 lignées jusque là bien distinctes. Les maçons de la Creuse et du Puy de Dôme finiront un jour par ne plus retourner chaque hiver dans leurs villages d'origine et se fixeront à Lyon, tandis que les Dufour du Pays de Gex migreront vers la Haute Savoie. Pour eux, Lyon sera, au XXème siècle, la ville des études et des rencontres.
J'ai publié ma généalogie sur le site Planète Généalogie et je la mets à jour régulièrement. Vous la trouverez  centré sur mon grand père, Gabriel Dufour
Ici, je me propose de partager ces menus faits qui ne trouvent pas place dans le récit généalogique et que je glane au détour de mes pérégrinations dans les registres d'état civil ou les minutes des notaires. On y rencontre plus les peines et les souffrances que les joies de la vie, mais c'est tout ce qui reste précisément de la vie de ces obscurs acteurs de l'Histoire.
Je rapporterai aussi mes petites découvertes, au jour le jour, ces "menus plaisirs" qu'apportent souvent ces austères recherches.

Collonges vu de la Savoie. Villard se devine juste au milieu (à condition d'agrandir l'image)
Pour commencer, je m'attarderai dans ce Pays de Gex, autour de Collonges Fort l'Ecluse, où apparait le premier Dufour dont je descends, ce Pierre Dufour dont je sais seulement qu'il était décédé avant 1676, dans le petit hameau de Villard, entre Jura et Rhône. Ses descendants y resteront jusque vers les années 1830 avant de gagner la Haute Savoie voisine où je suis né. J'essaierai de ne pas céder au mirage de la continuité patrilinéaire pour m'intéresser aussi aux lignées de leurs épouses et plus généralement à cette petite communauté d'hommes et de femmes qui vécut en ce temps et en ce lieu, un temps qui fut son présent, un lieu qui fut son horizon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire